Suivez-nous:

Actualité

La fédération du drone civil met les bouchées doubles

  • par Filière Drone
  • 27 janvier 2015

Après un an et demi de mandat, Emmanuel de Maistre (Redbird) a passé la main à Stéphane Morelli (Azur Drone, photo ci-dessus, lors de la présentation de son programme), largement élu avec près de 87% des voix. Avant le vote, Emmanuel de Maistre a rappelé les nombreux dossiers sur lesquels s’est investie la petite structure ("en 2013, la Fédé, c’était les quatre membres bénévoles du bureau, avant l’arrivée d’un premier permanent, notre secrétaire générale, Isabelle Vanenste Hello") : réunions formelles ou informelles avec les pouvoirs publics et organisations professionnelles, participation à des colloques et salons, remises de rapports de synthèse, remontée d’informations...

Entre autres points sur lesquels il s’est plus particulièrement attardé : la vice-présidence obtenue au "Conseil pour les Drones civils" du plan "dirigeables et drones", la notice drone de la DGAC à l’attention du grand public, l’établissement de la liste de tous les contacts desservant les autorisations S3 dans les préfectures.. Et surtout, l’avalanche de sollicitations après le "buzz médiatique extrême" provoqué par le survol de centrales nucléaires...

Quatre objectifs majeurs

Stéphane Morelli s’est fixé quatre objectifs pour les deux prochaines années, fort de l’expérience des 18 premiers mois d’existence de la Fédération. "Nous devons muscler notre dispositif, résume-t-il, pour apporter une plus-value supplémentaire à la hauteur d’enjeux énormes".

Le premier d’entre eux est d’améliorer la proximité et la réactivité avec les adhérents. "On s’engage à vous répondre dans les deux jours ouvrés quand nous disposons déjà des réponses et à ne pas dépasser cinq jours ouvrables quand le sujet est plus complexe", a-t-il indiqué aux adhérents.

Deuxième objectif : la sécurité. "Tout ce que nous avons construit peut se retrouver anéanti du jour au lendemain à la suite d’un accident avec des victimes. Les appareils ne sont pas fiables à 100% et des réactions inappropriées peuvent être catastrophiques. Beaucoup d’efforts restent à faire pour améliorer la qualité et la sécurité des machines, ainsi que les usages et la formation des télépilotes. Dans les mois qui viennent, en relation avec la DGAC, nous voulons nous entendre sur des modalités, des normes, des références, pour faire avancer tout le monde du drone dans le même sens. "

"Une structuration intelligente de la filière" dessine un troisième axe. "Aujourd’hui, souligne le nouveau président, nous avons 80% de petites structures, qui font à la fois la richesse et la faiblesse de ce métier. La richesse, car il s’agit de gens passionnés, réactifs, souvent productifs et imaginatifs. Mais avec des moyens souvent limités et des difficultés à assumer tous les rôles, qui font leur faiblesse. Ces petites structures, il faut les aider à se structurer intelligemment. Déjà, en les aidant à mieux se connaître au niveau local. Nous allons ainsi avoir des correspondants territoriaux, qui vont aider les gens à se rencontrer, éventuellement à s’associer. "

Dernier objectif prioritaire : "vous soutenir et vous défendre... quand le dossier est défendable. Le sujet des centrales nucléaires est en train de compliquer l’octroi des autorisations préfectorales, voire de les bloquer complètement comme dans le Haut-Rhin. Nous n’avons pas à pâtir de ces survols."

Stéphane Morelli, entouré du nouveau bureau

Fort de ces objectifs, Stéphane Morelli va mettre en place des délégués nationaux par problématique et des délégués régionaux, soit 18 personnes au total, le tout sous le signe du travail collaboratif. C’est une "organisation ambitieuse, complexe, que nous avons l’ambition de faire fonctionner assez rapidement.", a-t-il annoncé.

CACotisation
Moins de 100 K€ 200 €
De 100 K€ à 300 K€ 1 000 €
De 300 K€ à 5 M € 2 000 €
Plus de 5 M€ 5 000 €
Membres aux activités
non commerciales
1 000 €

"A obligation de résultats, obligation de moyens !" La Fédération double ainsi son budget, pasant de 65 K€ en 2014 à plus du double en 2015 (135 K€). Principal levier : les cotisations, désormais indexées sur le CA. Finie la cotisation unique à 150 €, les prix s’échelonneront désormais de 200 € jusqu’à 5 000 €.


Qui sont les adhérents de la FPDC ?

La Fédération revendiquait en fin d’année 305 adhérents, dont les deux tiers environ, soit près de 200, sont des opérateurs de drones enregistrés à la DGAC. Suivent ensuite les constructeurs et revendeurs (20%, soit une trentaine d’adhérents), puis les centres de formation (40 écoles). La Fédération abrite également dans ses rangs de grands groupes industriels, des avocats, des assureurs...

Stéphane Morelli s’est fixé pour objectif que la Fédération rassemble au moins un tiers des membres de la filière, en soulignant que « les correspondants régionaux ont un rôle à jouer sur ce plan ». « Dans deux ans, a-t-il ajouté, on visera peut-être 50% de la filière, pour être le plus représentatif possible. » Lire l'article

Partager cet article :

Rechercher

Derniers tweets

Nous contacter
© 2018. «BM drone». Tous droits réservés.